Critique série : The Newsroom saison 2, créée par Aaron Sorkin

Synopsis : les coulisses tendues et survoltées de l’émission « News Night », diffusée sur la chaîne d’information en continue ACN, alors que son présentateur vedette, Will McAvoy, un homme aussi talentueux que détestable, est en pleine controverse suite à des propos tenus en direct remettant en cause le rêve américain. Alors que son équipe a déserté, il se voit attribuer une nouvelle productrice exécutive avec qui il a un passif…

Avec Jeff Daniels, Emily Mortimer, John Gallagher Jr.

the-newsroom

La seconde saison de The Newsroom tape juste et vient rassurer les déçus d’une première saison consternante. Le remaniement a été important et prouve que le scénariste (et créateur) de la série, l’intouchable Aaron Sorkin tient compte des critiques faites à son show. La saison 2 contient un épisode de moins que la première ce qui témoigne bien d’une réécriture qui a tout l’air d’avoir eu lieu assez tardivement… et que bien sûr peu d’auteurs auraient pu se permettre. Seulement voilà, le résultat s’en ressent et la nouvelle direction prise par la série est bien meilleure. Elle laisse même entrevoir un fort bel avenir pour ce qui pourrait bien devenir un nouveau hit pour la chaîne câblée américaine HBO qui diffuse entre autres Game of Thrones ou Boardwalk Empire. La saison 2 est tout autant une bonne surprise que la première saison était ennuyeuse. A voir !

Dans cette nouvelle saison, la qualité des dialogues n’a plus rien à envier à ce qui était déjà l’atout majeur de la série A la Maison Blanche. Ils sont incisifs, le débit et la répartie sont remarquables. L’humour est imparable. Mais heureusement, le spectateur européen suit très bien cette série qui focalise sur les coulisses d’un journal télévisé « à l’américaine ». Et plus précisément sur les actions des journalistes et leurs conséquences. Dans cette nouvelle saison ce n’est plus la personnalité et l’intimité du présentateur vedette du 20h qui est développé mais plutôt ce qu’il peut advenir lorsqu’une erreur journalistique advient. Comment est-elle gérée en coulisses ? Quelles sont les parades qui vont être trouvées la chaîne qui se plante ? Il apparaît ici que la rédaction de la chaîne fictive ACN est capable de faire son auto-critique. On peut voir comment l’équipe du JT fait front et fait preuve d’une grande unité après qu’une information ait été communiquée à tort. Même si l’on peut faire le reproche à The Newsroom de montrer une image idéalisée de la profession.

the-newsroom

Ce qui est intéressant notamment, c’est cette approche (anglo-saxonne?) des acteurs de l’information et leur proposition presque spontanée de proposer leur démission. Ils anticipent ainsi une perte de crédibilité auprès du public – peut-on trouver un thème plus d’actualité dans le monde occidental ? Cette pratique est d’ailleurs très courante dans de nombreuses professions et pourtant les journalistes semblent y échapper. Alors que paradoxalement c’est un secteur dans lequel la précarité est légion.

La saison 2 de The Newsroom est plus nuancée que la première. Les journalistes sont certes à nouveau présentés comme des bourreaux de travail mais certains parviennent à réussir dans leur vie affective comme Jim (John Gallager, Jr.) quand d’autres connaissent le doute et des failles dans l’exercice de leur profession comme Maggie (Alison Pill). Ce sont toujours de véritables encyclopédies vivantes mais leurs connaissances ne les empêchent pas de faire des erreurs…

En définitive, la série trouve un véritable équilibre entre l’humour et la réflexion et délaisse quelque peu les intrigues amoureuses qui avaient flingué la première saison. Autre changement pertinent, la série est moins didactique. Alors certes, il nous est toujours proposé un regard personnel sur la fabrique de l’information qui ne prétend pas être un documentaire. Mais n’était-ce pas déjà le cas dans A la maison Banche ?

Enfin, la générosité et l’implication des acteurs – Emily Mortimer en tête et Olivia Munn aussi, plus présente que lors de la première saison – sont remarquables. La troisième saison de The Newsroom aura fort à faire pour se maintenir à ce niveau ! Aaron Sorkin a visiblement trouvé la bonne formule et The Newsroom est assurément plus qu’un simple divertissement.

Publicités