Critique : Habemus Papam de Nanni Moretti

Synopsis : Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s’élève la fumée blanche. Enfin, un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité. Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l’inquiétude tandis qu’au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise…

Avec Michel Piccoli, Nanni Moretti…

Quelle bonne surprise que ce Nanni Moretti de rentrée ! Surtout pour ceux qui pourraient s’attendre à un film aussi chiant qu’une prière et qui se révèle à l’arrivée plus drôle que La Chambre du Fils (évidemment), mais aussi que Le Caïman. Car Habemus Papam est une satire du concile œcuménique et du Vatican façon Aprile. Une oeuvre au 15ème degré qui interroge cependant l’effritement de la foi, l’intrusion de la politique au Conclave lors de l’élection du nouveau Pape et même le refoulement chez celui-ci (sobrement et justement interprété par Michel Piccoli) !

Caricatural mais ne mettant pas de côté quelques réflexions profondes, Habemus Papam peut donc faire sourire jusqu’aux plus conservateurs des chrétiens.  A condition de savoir rire de soi-même, un rôle dans lequel Moretti excelle ! Un film qui n’aurait pas pu être écrit par un autre italien que Nanni Moretti serait-on tenté de dire…

Au final, cette petite virée au Vatican est le coup de coeur comique de cette rentrée. Habemus Papam est impertinent mais c’est un joyau inmanquable. Car voir un Pape fan de Tchekhov fréquenter les bars et les métros, se livrer à son introspection et entrer en thérapie n’a pas d’équivalent. Et Nanni Moretti signe un tel retour en grâce que son oubli au palmarès cannois est incompréhensible ! Le bon point c’est qu’on peut se dire que le scénario de Hearat Shulaym (Notes de bas de page) de Joseph Cedar devrait être extraordinaire s’il a surpassé l’écriture de Moretti…

Publicités

2 réflexions sur “Critique : Habemus Papam de Nanni Moretti

  1. Oui c’est vrai : Habemus papam a été oublié à Cannes, mais il y en a tant d’autres…
    Moretti est le réalisateur italien le plus talentueux actuel, sa renommée internationnale n’est pas usurpée ! Nous, nous avons trouvé ce film drôle…mais bien plus que ça encore : derrière l’ironie, à travers un Piccoli profond et formidable (dommage qu’il ne puisse probablement pas être nommé aux césars…) Habemus Papam délivre une réflexion spirituelle et humaine saisissante… Non ?

    Rick

    1. Le film était vraiment très drôle, très bien écrit et très fin ! Après l’avoir visionné, il était clair que je préfèrais appartenir au peuple plutôt qu’à une élite qui n’a pas une minute pour soi ! L’introspection de Piccoli et bien-sûr la réflexion sur la Foi est très bien menée (où et quand commence-t-elle ? Jusqu’à quel point croît-on ? Faut-il tout lâcher lorsqu’on ne croit plus en Dieu, en l’Art, en Amour ?). Cet Habemus Papam rassure énormément après La chambre du fils et Le Caïman !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s