Critique : La Piel Que Habito de Pedro Almodovar

Synopsis du film : Depuis que sa femme a été victime de brûlures dans un accident de voiture, le docteur Robert Ledgard, éminent chirurgien esthétique, se consacre à la création d’une nouvelle peau, grâce à laquelle il aurait pu sauver son épouse. Douze ans après le drame, il réussit dans son laboratoire privé à cultiver cette peau.

Pour y parvenir, le chirurgien a recours aux possibilités qu’offre la thérapie cellulaire. Outre les années de recherche et d’expérimentation, il faut aussi à Robert un cobaye, un complice et une absence totale de scrupules.

La Piel Que Habito n’est sans doute pas le film le plus brillant de Pedro Almodovar, mais c’est sans doute l’un de ses films les plus étonnants. Ce qui n’est pas peu dire. L’un des paris les plus risqués aussi. Car le cinéaste espagnol poursuit son mélange des genres en adaptant Mygale de Thierry Jonquet. Ce qui lui permet d’aborder des thèmes tels que l’identité, la sexualité, le lien créature-créateur ou l’eugénisme.

L’intrigue de La Piel Que Habito doit davantage à la science-fiction qu’au récit policier. Il est possible que le film reprenne les articulations du roman de Thierry Jonquet, que je ne connais pas. Les thèmes tels que la crise identitaire de l’héroïne sont assez proches de celles developpées dans Ghost in the Shell par Mamoru Oshii (et Masamune Shirow pour le manga original). On peut même comparer la plastique parfaite du major Kusanagi avec celle de Vera (Elena Anaya).

Pedro Almodovar semble en phase avec son sujet, qu’il traite de façon clinique, avec un troublant détachement. Le cinéaste espagnol nous immerge dans un thriller futuriste inconcevable. La maison de Robert est filmée comme un bloc opératoire dans lequel sa créature Vera est rayonnante, dans un quasi huis clos. La photographie de José Luis Alcaine valorise particulièrement le travail sur les matières, les volumes, les textures des objets et leur design. De même, les nombreuses scènes de sexe que contient La Piel Que Habito sont accomplies sans âme. Les hommes assouvissent leurs pulsions sur des corps d’abord résistants puis inertes.

Mais lorsque Almodovar a recours aux flachbacks pour expliquer les motivations de Robert Ledgard (Antonio Banderas) le chirurgien diabolique, La Piel Que Habito patine un peu, accumule les poncifs (à nouveau est-ce la trame de Jonquet ?), et devient bordélique inutilement. Ce passage déçoit et rabaisse le niveau d’une oeuvre d’une très bonne tenue. La scène de poursuite en moto dénote avec l’ambiance du film, tout comme l’illustration sonore choisie et ce morceau de Trentemoller, peu à propos. L’idée de vengeance développée est tout de même déroutante.

La Piel Que Habito est un crochet étonnant dans la filmo de Pedro Almodovar. Et le fait que des cinéastes tels qu’Almodovar ou Lars Von Trier s’attaquent au cinéma de science-fiction est réjouissant.

Publicités

2 réflexions sur “Critique : La Piel Que Habito de Pedro Almodovar

  1. Nous voici davantage en phase sur ce film !!! Même si nous avons quelques points de désaccord, encore ;-), avec toi (la musique de trentemoller colle parfaitement à l’ambiance du film / le flash-back et le récit n’est pas bordélique mais magistralement découpé / …) mais dans l’ensemble, on rejoint ta critique !!!! Nous avons été beaucoup plus dithyrambique, nous ! ^^ Ta comparaison avec Ghost in the shell est très intéressante ! bien joué !

  2. C’est vrai que si le succès critique de La Guerre est déclarée est un brin surprenant, celui de La Piel Que Habito l’est moins. Pourtant, c’est un film que j’ai déjà un peu oublié, ce qui n’est pas le cas de Melancholia (vu avant) ou La Mauvaise Education (dernier Almodovar m’ayant soufflé)… Pourtant, malgré ses faux airs de huis clos, La Piel Que Habito entrouvre quelque chose de nouveau chez Almodovar. Un pur film de genre, un film d’ambiance bien pervers durant lequel le spectateur est méchamment manipulé comme tu le fais bien remarquer Rick. Il n’empêche qu’au-delà de la projection et de cette mise en scène glaciale, La Piel Que Habito ne m’habite pas tant que cela… Par contre j’apprécie Trentemoller hors contexte du film (que j’écoutais d’ailleurs avant). Peut-être aurais-je aimé entendre ce morceau sans l’avoir entendu au préalable dans la bande-annonce…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s